Appelez
Services 24/7
819 563-9999 1 877 563-0793

Un enjeu social

 

Les agressions à caractère sexuel, c’est un problème social…

…parce qu’elles entraînent des conséquences qui touchent non seulement la vie privée des victimes, mais aussi celle de leur entourage. 

Il est faux de croire que seules les victimes vivent des conséquences de leur agression subie. En réalité, les proches peuvent vivre de conséquences, eux aussi. Le sentiment d’impuissance, d’incompréhension, de culpabilité, de honte et d’échec dans le rôle de protecteur sont, parmi plusieurs autres, des conséquences que les proches nomment vivre lors des rencontres. 

Les proches ne sont pas les seuls qui peuvent être touchés par cet événement. Plusieurs victimes perdent leur travail parce qu’elles n’y sont plus efficaces en raison, par exemple, des flash-backs, des troubles du sommeil, de l’hypervigilence, etc. Plusieurs partent en congé de maladie, ayant un impact sur leur milieu de travail. 

La vie sociale de ses femmes est aussi touchée, puisque plusieurs d’entre elles s’isoleront après une agression. Elle ne participent plus aux activités sociales avec leur entourage, mais aussi avec la communauté. Certaines ne peuvent plus accomplir les tâches quotidiennes, comme faire l’épicerie, le ménage, aller à la boîte aux lettres, etc., parce qu’elles ont peur de croiser leur agresseur, ou parce qu’elles ont peur de sortir de chez elle. Aussi, plusieurs auront peur d’aller dans des endroits où il y a foule, de peur de ne pouvoir se sauver rapidement en cas de besoin.

Au niveau économique, plusieurs vivront des hospitalisations et prendront de la médication pour contrôler les effets des conséquences de l’agression sur leur corps et leur quotidien. Plusieurs visites chez le médecin et autres professionnels nécessaires au retour à une « vie normale » seront sollicités. Tout cela engendre des frais, non seulement pour la victime, mais aussi pour la société. 

…parce qu’elles maintiennent l’ensemble des femmes de notre société dans la peur de se faire agresser.

On dit aux femmes de se protéger, que la menace est toujours près. Plusieurs ont peur de marcher seules le soir, puisqu’elles se sont dire que c’est dangereux. Ou, encore, d’autres se font dire de s’acheter des objets pour se protéger, ou de toujours vérifier leur verre d’alcool, puisqu’elles pourraient se faire agresser. 

Or, ces propos entraînent des conséquences qui ne sont pas négligeables. Les femmes intègrent ces avertissements et, souvent, les écouteront par peur que la situation leur arrive. Donc, cela nous brime dans notre liberté.

…parce que les agressions à  caractère sexuel s’inscrivent dans la problématique plus large de la violence faite aux femmes

En effet, nous avons souvent tendance à séparer la violence conjugale et/ou familiale de la violence sexuelle. Or, beaucoup de femmes qui vivent de la violence conjugale ou familiale vivront aussi de la violence sexuelle. En effet, 1 femme sur 9 qui est en couple vivra une agression sexuelle au courant de cettedite relation. Ces statistiques ne sont pas négligeables. Rappelons que, comme la violence conjugale, les violences sexuelles n’ont pas pour but une satisfaction quelconque pour l’agresseur, mais une prise de pouvoir sur la victime. 

Au niveau sociétal, la violence s’inscrit sur plusieurs niveaux. Dans les médias, la culture du viol montre qu’il est acceptable de violer une femme, et que celle-ci peut même en retirer du plaisir. La pornographie est souvent violente, et le scénario de la femme soumise est mis de l’avant. On ne demande pas de consentement à la femme, laissant croire qu’elle accepte tout ce qu’on lui demandera de faire. Rappelons que ceci n’est pas la réalité. Les publicités qui prônent la sexualité pour vendre un produit, les jeux vidéos où on voit des femmes se faire mal traiter, violer, battre, etc. Cela entraîne les femmes à descendre leurs limites en ce qui concerne l’acceptation de la violence subie, donc d’en subir plus. 

…parce que c’est une problématique qui découle directement des rapports inégaux entre les sexes perpétués dans notre société à  travers l’histoire

Depuis toujours, l’homme est désigné comme fort et brave, alors que la femme est faible et peureuse. Dans notre société, nous entretenons l’idée que l’homme doit protéger la femme, qu’il en est de son rôle. On rappelle aux femmes et aux filles de se protéger, de ne jamais se mettre en situation de danger, alors qu’on encourage les hommes et les garçons à foncer, relever des défis et d’affronter la vie pour obtenir ce qu’ils souhaitent. 

La femme est perçue comme fragile, incapable de se défendre, et nécessitant un homme pour s’occuper d’elle. Malheureusement, ce sont encore des valeurs que nous perpétuons à nos enfants, et qui ont un impact sur la manière de percevoir le danger lorsqu’ils grandissent. 

Nous élevons nos enfants ainsi, puisque nous avons intégré ces valeurs de nos parents. Pourtant, c’est ce qui continue à perpétrer la dominance masculine sur les femmes. 

Rappelons que c’est seulement depuis 1930 que les femmes n’ont le statut de « personne » et qu’elles ont les droits reconnus comme tels (Gouvernement du Canada, 2017). Plusieurs femmes ont revendiqué leurs droits à travers l’histoire, ce qui a permis aux femmes de devenir plus indépendantes. Auparavant, la femme était complètement dépendante à son mari, et devait satisfaire son rôle conjugal, allant même jusqu’à l’obligation de satisfaire sexuellement son conjoint (ce qui, en fait, constitue une agression sexuelle). Heureusement, le devoir conjugal au niveau sexuel n’est plus dans le Code criminel, et constitue même une agression sexuelle si l’un des conjoints n’est pas en accord avec la relation. 

…parce que le phénomène est maintenu en place par de fausses croyances véhiculées dans la population qui cherchent à culpabiliser les victimes et à déresponsabiliser les agresseurs.

Les croyances disant que ce que l’on porte, la manière dont nous agissons, ce que l’ont dit ou ce que l’ont fait pourrait provoquer une agression à caractère sexuel est complètement fausse. 

En réalité, il est beaucoup plus facile pour la société de dire que la victime n’a pas vraiment vécu l’agression sexuelle ou qu’elle l’a cherché, que d’accepter qu’une personne de notre entourage ait pu commettre un tel geste. Pourtant, ces réactions et les paroles culpabilisantes ont un énorme impact sur la victime, notamment en ce qui concerne d’entretenir sa honte et sa culpabilité face à l’événement. 

Or, il n’est JAMAIS de la faute de la victime lorsqu’une agression sexuelle est commise. C’est TOUJOURS la faute de l’agresseur. 

Voici un petit jeu-questionnaire de mythes et réalités auquel vous pouvez participer et qui vous aidera à démystifier les fausses croyances. Nous vous invitons à enregistrer ce document.

human-1602495_1280